Les souterrains de Sèvres sont riches d'un passé important où les vignerons, les marchands de vin privilégiés du roi et les brasseurs de bière se sont succédé au fil des années durant plusieurs siècles, du 16e au 20e siècle.
Tout a commencé en 1540 lorsque les vignerons qui cultivaient le raisin dans la vallée ont débuté le creusement de galeries souterraines afin d'y stocker leur (mauvais) vin.
Vingt ans après l'installation de Louis XIV au château de Versailles, ses marchands de vin privilégiés cherchaient un lieu de stockage où ils pouvaient entreposer le vin car cela n'est pas possible à Versailles qui est un lieu marécageux où l'on ne peut creuser une quelconque cave.

Du point de vue de la photo, nous nous trouvons face à l'une des multiples entrées.

Habituellement, les entrées de souterrain se trouvent à flanc de côteau en extérieur mais ici le centre-ville de Sèvres a subi une urbanisation importante. Un bâtiment a été construit au-dessus des cavités et il recouvre donc les entrées.
La mort de Louis XVI en 1793 marquera l'arrêt des marchands de vin et durant la révolution, les caves du roi furent vidées et le vin vendu aux enchères.
Une cinquantaine d'années plus tard, la demande en bière augmente à Paris et la production principale située à Metz oblige les producteurs à se rapprocher afin de réduire les coûts élevés de transport. Les souterrains sont également avantageux pour le repos de la bière car la température y est idéale.
Jean Baptiste Reinert , déjà propriétaire de brasseries en Moselle vient s'installer en 1851. Il y installe en surface tout le nécessaire pour fabriquer la bière et écoule sa production dans les cafés parisiens.
En 1873, sa société est revendue à la société « Brasserie des Caves du roi » qui projette la fabrication de bière dite « viennoise ». Les caves carrières y sont donc agrandies et modernisées.

La salle des tonneaux

Le nom de la salle des tonneaux vient du simple fait que des tonneaux y sont entreposés mais cette appellation est trompeuse.
Initialement le lieu servait de glacière : 
Pour faire de la bière, durant la fermentation les levures transforment les sucres présents en alcool et en CO₂ et pour cela il faut une température allant de 6 à 8 degrés. Dans la carrière il fait en général 15 degrés.
Avec une réfrigération on peut donc descendre la température. Il y avait cinq glacières dans les caves de sèvres allant de 450 a 950 m3. Cette cuve que l’on voit sur la photo mesure 500m3.
Il n’y avait pas de système frigorifique donc il fallait trouver un produit naturel. Ils se sont donc dirigés vers la glace. Elle était récupérée dans les étangs de la ville d’Avray mais lorsque l’hiver était trop doux, il a fallu compenser par de la glace artificielle. Ils ont donc installé une machine à glace capable de fournir 5 a 6 000 kilos de glaces par 24h sous forme de pains de 18 kilos.
Ces pains de glace étaient jetés dans le puits afin de descendre la température de la glacière.
En 1953, la Société Parisienne d'Embouteillage loue 4000 mètres carrés de locaux dans l'usine et les hangars de la Meuse mais également des galeries souterraines.
Son travail consistait à conditionner les jus des fruits, boissons gazeuses, limonades fabriquée avec l'eau des Caves du roi pour les marques suivantes : Fruidam, Ofco, Verger et Orangina.
La société consomme près de 200 000 mètres cubes d'eau par an dont une grande partie provient de ce puits. 
Il a pour caractéristiques de puiser l'eau de la nappe phréatique à 12 mètres de profondeur par le biais d'une station de pompage située à 10 mètres de profondeur dans le puits.
Haec subinde Constantius audiens et quaedam referente Thalassio doctus, quem eum odisse iam conpererat lege communi, scribens ad Caesarem blandius adiumenta paulatim illi subtraxit, sollicitari se simulans ne, uti est militare otium fere tumultuosum, in eius perniciem conspiraret, solisque scholis iussit esse contentum palatinis et protectorum cum Scutariis et Gentilibus, et mandabat Domitiano, ex comite largitionum, praefecto ut cum in Syriam venerit, Gallum, quem crebro acciverat, ad Italiam properare blande hortaretur et verecunde.

Vous aimerez peut-être aussi les thèmes suivants:

Back to Top