Creusé dans la falaise de Fécamp et situé à proximité de la chapelle Notre-Dame-de-Salut, on retrouve un important réseau de blockhaus. Commandités par l'organisation Todt qui était un groupe de génie civil et militaire du Troisième Reich, ils témoignent du Mur de l'Atlantique, un système extensif de fortification côtière érigé en 1942. 
Il était destiné à empêcher une invasion du continent par les Alliés depuis la Grande-Bretagne. 
Parmi ces blockhaus, la présence d'un souterrain intrigue les chercheurs.
On pénètre le lieu par un couloir d'accès taillé à même la craie qui débouche sur un réseau de galeries plus hautes.
L'alternance des couches de craie avec celles de silex (en noir) rend le lieu très joli.
 On trouve également un vestige de l'exploitation de cette carrière : des rails Decauville ainsi qu'un wagon estampillé C.A.C.L. WEITZ LYON (Chantiers et Ateliers de Construction de Lyon).
D'après les suppositions de l'association "service du patrimoine de la Ville de Fécamp", ce lieu aurait servi d'hôpital.
Sur la plan affiché à l'entrée, on imagine que près de 70 lits superposés étaient situés dans les salles atteignant 5 mètres de hauteur sous plafond.
On trouve également des salles qui auraient pu servir pour  les opérations. Ces salles sont carrelées au sol et il y a des collecteurs d'effluents dans les galeries. Cependant, la largeur des portes ne permet pas d'y faire entrer des brancards ce qui remet en question l'hypothèse d'un hôpital militaire.
Des témoins auraient vu à la fin de l'occupation allemande lors de la Libération des lits et médicaments. Malgré cela, aucun document n'atteste l'utilisation de ce lieu à des fins médicales.
Pour finir, l'accès à ce lieu se fait par une sente très escarpée ce qui le rend compliqué pour transporter les blessés à bord de véhicules.
Est-ce que cette cavité aura servi d'hôpital, de laboratoire ? Le mystère persiste...

Vous aimerez peut-être aussi les autres thèmes :

Back to Top